Le Livre Des Secrets

Silent Computer Designed & Generated by Karim Chaibi

   

De retour chez lui et arraché de force à sa quiétude, il confia aux murs de sa demeure l’horreur de son sort.  Il était terrifié par les milliers de regards qui le croyaient détenteur du savoir universel alors qu’il ne se sentait même pas qualifié pour répondre aux questions les plus banales.  A chaque carrefour, à chaque détour, devant chaque porte et de la bouche de chacun, des questions le tiraillaient.  Faute de mieux il prit le parti de quitter son village natal où tout le monde le prenait pour un sage.  Plus un livre est vide et plus il est lourd à porter.  A bout de souffle et de pseudo-réponses, il se confia au silence d’une grotte qu’il trouva sur son chemin.

C’était un coin qu’un seul pouce séparait du ciel, alors que des milliers d’années silence l’éloignaient de la terre.  Il éprouva que moins il faisait face aux questions et plus il était à l’abri de la dérision.  Le livre sur le dos, il s’incrusta dans le silence de cette grotte.  Mais cette dernière s’appropria vite les vices de son insignifiance et pua par trop sa désolation qu’elle lui sembla au fil des jours gémir. Il lui fallait de la compagnie.  Mais des objets à qui il adressa la parole, il ne reçût que l’écho de son silence.

Son livre toujours sourd dans un coin et lui, de plus en plus muet dans un autre, il finit par entrevoir une lueur d’espoir.  “Mais pourquoi ne pas réécrire ce dont je suis déjà en train d’assumer les charges?”  Personne ne sait que le livre est vide; réécrire dans ce cas c’est confirmer l’écrit du bon dieu. Incapable cependant de découvrir seul ce que ce que l’auteur original avait présenté comme le livre de tous les secrets, il fit fi de ses doutes et franchit l’imperméabilité de sa présence en créant le nombre.  Debout derrière une bougie et armé d’une pierre taillée, il se détacha de son ombre, il la plaça devant lui et lui demanda nullement surpris par sa présence.

·        Pourquoi ne pas discuter, chère ombre?  Nous pourrons sûrement ravoir accès aux secrets desquels l’effacement du livre me privait.

·        Impossible, répondit l’ombre.  Je ne suis que nostalgie.  Autre que la répétition de ta solitude, je ne vaux que par mon insignifiance.  Tel que je suis maintenant, ombre issue de la lumière d’une lamentable bougie, je ne pourrai que raffermir ta souffrance.  La transparence n’est qu’apparence dans cette grotte.

Imbu d’espoir, l’élu découpa sa peau avec la même pierre taillée et la colla à son ombre.

·        Te voilà opaque.  Discutons alors.

·        Impossible, rétorqua sa peau. Je ne suis capable que de répéter ton silence. Taille-moi de tes empreintes un visage et tu verras combien profonde est ta solitude.

Sans ombre ni peau mais toujours imbu d’espoir, l’élu se pencha sur la citerne où il conservait l’eau qu’il buvait et dès qu’il entrevit sa réflexion, il l’attrapa avec ses ongles et la colla promptement à sa peau.

·        Et maintenant, fit-il orgueilleux de sa découverte, que te faut-il encore pour me parler?

Mais son reflet au lieu de lui parler, lui cracha sur le visage et fit:

·        Rien, hormis une bonne raison pour réécrire un livre que tu n’as jamais lu.

·        Quoi!  T’ai-je par hasard donné la vie pour que tu m’excommunies!

·        Imbécile, répondit le nouvel être, certes tu as reproduit ta solitude mais tu m’as aussi créé.  Ecris toi, le bon dieu est dans ta plume.

·        C’est vrai, se dit le malheureux élu, je viens de créer alors que je ne cherchais qu’un auditeur.

·        J’ai bien peur que oui, répondit alors le nouveau venu aux inquiétudes de l’élu.  On n’essaime pas sa propre solitude sans fissures.  Tu es maintenant un créateur, unique grâce à ton ombre.

·        Tu mens.  J’ai les moyens de t’effacer.

·        Et lesquels?

  Next

      

Design by Karim Chaibi ©2005